fbpx

Formations aux métiers du numérique à l’école LA MANU de Noyon – Compiègne

Campus, Noyon

Formations en numérique avec Pôle Emploi Compiègne Noyon et La Manu

Retour sur la rencontre Facebook Live organisée par Pôle Emploi Compiègne Noyon avec La Manu, l’Ecole des métiers du Numérique. L’école est notamment présente dans les Hauts-de-France avec les campus d’Amiens et de Noyon.

L’objectif de cette rencontre entre Pôle Emploi et le centre de formation La Manu, est de vous présenter l’ensemble des formations disponibles dans le secteur du numérique sur le territoire ex Picardie. Ce Facebook Live est animé par Laetitia Trizac, responsable d’équipe à l’agence Pôle Emploi de Compiègne – Noyon, et Elise Lamiable, Chargée de Mission développement à l’école numérique La Manu pour le Campus de Noyon. Vous pouvez retrouver la transcription de cette rencontre ci-dessous.

La semaine des métiers du Numérique par Pôle Emploi

Pour sa 3ème édition, Pôle Emploi organise la Semaine des métiers du Numérique. C’est une semaine thématique qui a un double objectif : réduire la fracture numérique mais également communiquer sur les métiers en expansion et l’offre de formations qui permet d’y accéder. Pour cela Pôle Emploi propose différents évènements dans toutes les agences de Pôle Emploi, dont celles de Compiègne – Noyon. Le numérique est au cœur des mutations économiques actuelles. On le voit très bien dans le contexte sanitaire. Il impact l’ensemble des secteurs d’activités. Bien qu’il existe des filières au niveau ingénieur, l’accès aux métiers du numérique requiert une technicité propre aux supports et outils grand public, comme le web, les smartphones ou les ordinateurs. Le site de Pôle Emploi diffuse plus de 1300 offres dans le secteur informatique et télécommunication dans les Hauts-de-France.

Les entreprises disent avoir des difficultés à recruter à cause d’un manque de candidats possédant ces compétences. En particulier pour les emplois de développeurs web / mobile, techniciens de maintenance informatique, webmasters et dans les métiers de la sécurité informatique. Il s’agit d’un enjeu pour la formation initiale et un défi pour la formation continue de qualifier et de reconvertir des actifs au chômage en leur apportant des compétences numériques dont les entreprises ont de plus en plus besoin. Le numérique c’est pour tous et pour tous les niveaux. Il s’ouvre aujourd’hui au plus grand nombre.

Pouvez-vous nous présenter votre organisme de formation ?

L’école numérique La Manu a été fondée en 2016 pour répondre aux besoins du territoire parce que les entreprises, quel qu’elles soient, sont à la recherche d’experts en digital. Toute entreprise a besoin de communiquer sur le web, d’avoir un site web, d’être présent sur les réseaux sociaux, de travailler son référencement. De ce fait l’école a été créée en 2016 sur le Campus Inovia à Noyon puis s’est développée sur d’autres territoires, au Havre, à Amiens et à Versailles. Nous formons tout public. On ne demande pas de prérequis mais des appétences pour devenir des experts en digital (développeur web, webdesign, concepteur développeur d’applications).

Nous proposons des formations diplômantes intensives de 6 mois, amenant au Bac+2, avec un titre professionnel délivré par le Ministère du Travail. Ces formations sont reconnues par l’Etat, avec un numéro RNCP. Nous proposons également un programme Bac+3 de « Concepteur Développeur d’Applications » à l’issue de la formation « Développeur Web et Web Mobile ». En tant que Centre de Formation d’Apprentis (CFA Numérique), nous proposons des formations en alternance via des contrats d’apprentissage (moins de 30 ans) et de professionnalisation. Pour les lycéens en recherche d’études post bac, nous proposons un programme Bachelor Numérique (Bac+3) sur les campus d’Amiens, Le Havre et Versailles.

Les formations au numérique sont-elles accessibles à tous ?

Elles sont accessibles à tous, cependant nous organisons des entretiens de motivation individuels et nous faisons passer des tests d’admissions pour veiller à ce que le candidat soit réellement motivé, avec un vrai projet professionnel. On regarde si le candidat a une passion et des appétences pour le numérique. On ne demande pas à ce que le candidat ait des compétences mais bien des appétences. Parce que ce sont des métiers où il faut être passionné, il faut être curieux, être en veille technologique et aussi avoir un côté autodidacte parce que les technologies évoluent en permanence.

Quelles modalités pédagogiques ? Quel accompagnement pendant la formation ?

Notre pédagogie met l’accent sur la pratique qui constitue 80% de notre enseignement au numérique. De ce fait, les apprenants sont amenés à réaliser des projets en individuels et en collectifs parce que ce sont des métiers où on est amené à travailler seul mais aussi en équipes selon la structure dans laquelle on travaille. On les accompagne aussi au niveau de l’élaboration de CV, lettre de motivation, coaching pour les entretiens. Les aider à savoir se vendre. L’objectif est évidemment de mettre en pratique ce qu’ils apprennent durant la formation intensive pour trouver un emploi par la suite.

Quels sont vos atouts en tant qu’organisme de formation ?

On est une équipe pédagogique complète. Nous avons des formateurs référents et spécialisés à La Manu et des chargés de missions comme moi par exemple. J’ai une homologue sur chaque campus. On s’occupe de tout ce qui est sourcing mais aussi accompagnement à l’insertion professionnelle. On apporte une aide pour trouver des entreprises dans le cadre de l’alternance (contrat de professionnalisation et d’apprentissage) mais aussi pour orienter. Ce sont des métiers où on peut par exemple être freelance. Dans ces cas-là on oriente vers les conseillers dédiés pour accompagner dans ce projet professionnel.

Y-a-t-il des stages en entreprise qui sont liés aux formations ?

Oui, en l’occurrence pour la formation Webdesigner et Communication digitale il y a un stage de 6 semaines en entreprise pour pouvoir mettre en pratique ce que l’apprenant a appris pendant sa formation. Il est donc amené à réaliser un site web via un template (CMS WordPress) mais aussi à créer une vidéo, animer des réseaux sociaux, fédérer une communauté. Bref, tout ce qui est lié à la communication digitale et au webdesign.

Par ailleurs nos développeurs qui suivent la formation Bac+3 de Concepteur Développeur d’Applications sont amenés à mettre en pratique leurs connaissances via l’alternance en entreprise. Une alternance dont le rythme est d’une semaine par mois à l’école et de 3 semaines en entreprise.

Là aussi nous proposons un accompagnement pour la recherche de stage et le retour à l’emploi. La réussite de l’apprenant c’est notre réussite aussi, donc on veille effectivement à ce qu’il y ait une insertion professionnelle à l’issue de la formation. L’occasion de rappeler que nous atteignons 98% de réussite aux examens des titres professionnels et que les promotions affichent un taux d’insertion de 70% rien que sur les 3 mois après la sortie de formation.

Pour les personnes qui ont plus de difficultés à entrer sur le marché du travail, nous continuons de les suivre. En partenariat avec Pôle Emploi et l’organisme paritaire (Opco Atlas), nous organisons par exemple des formations de Préparation Opérationnelle à l’Emploi Collective (POEC). Il s’agit d’un dispositif qui permet aux demandeurs d’emploi d’acquérir des compétences complémentaires pour mieux répondre aux exigences des emplois identifiés dans le domaine du numérique et de l’informatique. L’objectif est qu’il y ait un retour à l’emploi ensuite. Nous avons des entreprises qui souhaitent recruter suite à cette formation.

Je n’ai aucun diplôme. Est-ce que je peux m’inscrire à votre formation ?

Oui, bien entendu. Que vous ayez un brevet ou pas, un bac ou pas, BTS ou pas, cela n’a pas d’importance. Ce que l’on veut c’est que vous ayez des appétences, que vous soyez vraiment motivé, que vous ayez un réel projet professionnel dans les métiers du numérique. On s’en assure justement via l’entretien de motivation à distance et via les tests d’admission. Les tests sont là pour voir votre motivation, votre logique et votre capacité à apprendre pendant ces formations intensives afin de devenir un expert du digital.

D’ailleurs nous sommes en plein recrutement de nos promotions, donc si vous souhaitez rejoindre les prochaines sessions de formations, vous pouvez déposer une candidature en cliquant ici. Vous recevrez ensuite une convocation à un entretien de motivation et au passage des tests d’admissions.

À savoir que nous limitons le nombre de candidats admis pour chacune de nos promotions. Les métiers du numérique nécessitent de développer des compétences techniques et dont l’apprentissage est assurément plus efficace quand il s’agit de plus petits groupes. Nous privilégions la qualité à la quantité. Encore une fois, la réussite de l’apprenant c’est notre réussite, et l’objectif final c’est qu’il réussisse sa reconversion professionnelle vers des métiers comme développeur web, webdesigner ou community manager par exemple.

Pourquoi parle-t-on de formation intensive ?

Nous proposons des formations intensives de 6 mois pour obtenir un Bac+2. Comment on arrive à faire ça ? C’est parce que vous n’avez pas de matières générales comme les mathématiques, le français, l’histoire-géographie… Pendant 6 mois on vous forme à devenir l’expert en digital, en l’occurrence développeur web ou webdesigner par exemple. Les personnes qui souhaitent acquérir plus de connaissances et une plus grande expérience technique peuvent poursuivre sur la programme « Concepteur Développeur d’Applications » (Bac+3) en alternance pendant 12 mois.

Quelles sont les entreprises qui recrutent sur ces métiers ?

Pour mettre fin aux idées reçues : il n’y a pas que les agences web et les agences de communication qui recrutent des développeurs web ou des webdesigners. Tout secteur d’activité peut être intéressé pour recruter un développeur web ou un webdesigner. On en a la preuve avec notre formation « Concepteur Développeur d’Applications » où les apprenants sont dans des secteurs d’activité aussi variés les uns que les autres. Cela peut être aussi bien une entreprise qui va vendre des remorques qu’un boucher qui veut un site web pour son activité et communiquer sur les réseaux sociaux.

Sachant qu’avoir un site internet c’est bien mais il faut le faire évoluer, il faut qu’il vive. Je dis toujours que c’est comme une vitrine physique. Si un boulanger ne nettoie pas sa vitrine et ne l’adapte pas selon les périodes de l’année, la vitrine va devenir fade, sale. Elle n’attirera plus personne. Un site web c’est pareil, c’est un travail de longue haleine. Une fois le site web créé il faut le faire connaître, il faut l’optimiser SEO pour le référencent naturel, il faut mettre à jour le contenu texte et visuel. C’est tout un travail, un vrai job.

Ce sont des métiers porteurs, des métiers du présent et de l’avenir. On le voit d’ailleurs sur les sites d’annonces comme Pôle Emploi, Indeed où il y a des réels besoins sur les territoires. Ce sont des emplois que l’on peut exercer en freelance ou en salarié, sur place ou à distance (télétravail), et pour des clients à proximité ou pas.

Pour en savoir plus sur les formations aux métiers du numérique, vous pouvez retrouver les programmes sur notre site ou participer à l’une des réunions d’informations en ligne que nous organisons très régulièrement pour l’ensemble des campus de La Manu.

Peut-on suivre une formation à distance, en téléprésentiel ?

Oui, nous avons ouvert un Campus Virtuel où nous proposons en téléprésentiel la formation de développeur web et celle de webdesigner et communication digitale. C’est la même qualité qu’en présentiel, avec exactement les mêmes process. Ce sont des cours du lundi au vendredi, de 9h à 17h. Comme pour nos campus de Versailles, Amiens et Le Havre, nous faisons intervenir des entreprises dans le cadre de Morning Live. Nous nous appuyons notamment sur notre forte proximité avec les entreprises du territoire. Elles interviennent une à deux fois par mois pour présenter leur structure, leurs activités et leurs besoins de recrutement.

Quels sont les tarifs et moyens de financement de la formation ?

Offre de formation éligible Mon Compte Formation

Les tarifs des formations professionnelles sont à retrouver sur les différentes pages campus du site. Dans le cadre de notre partenariat avec Pôle Emploi, les demandeurs d’emploi bénéficient d’un tarif bonifié. Selon votre situation, vous pouvez être éligible à certains dispositifs et obtenir le financement de tout ou partie de votre formation. Il faut surtout poser la question à votre conseiller référent car la mobilisation d’aides se fait au cas par cas. Il y a effectivement le compte personnel de formation mais il y a aussi la possibilité de mobiliser d’autres aspects de financement qui dépendent de votre statut et de votre situation actuelle.

Si vous avez déjà travaillé, sachez que nos formations professionnelles sont éligibles au financement CPF, votre Compte Personnel de Formation. Vous pouvez effectivement déduire tout ou partie du montant que vous avez accumulé sur le site et l’application « Mon Compte Formation ». Cela concerne les formations intensives de 6 mois.

Pour les formations en alternance, c’est l’entreprise qui finance la formation avec une aide de l’Opco, l’organisme paritaire, et de l’Etat. Dans le cadre du plan France Relance, l’Etat aide les entreprises à recruter des apprentis. Le site 1jeune1solution recense les solutions auxquelles peuvent prétendre les jeunes et les entreprises.

Quelle est la représentation globale des promotions (femmes/hommes, âges) ?

Ce sont des métiers qui se féminisent de plus en plus. On a encore une majorité effectivement masculine, mais on espère que ça va changer car il n’y a pas de raisons. On a aussi des femmes qui ont ces projets professionnels, il n’y a pas que des hommes qui peuvent être développeurs web ou webdesigners. Concernant les groupes, on fait en sorte qu’il y ait une cohésion d’équipe, parce que c’est indispensable pour la réussite de l’apprenant, en plus de la qualité de la formation. C’est comme un puzzle, il faut que toutes les pièces s’assemblent pour avoir un beau résultat.

Au niveau de l’âge des apprenants, il faut avoir à minima 18 ans mais après il y a tout âge. Il n’y a pas d’âge pour une reconversion professionnelle. Puis c’est vrai que les métiers du numérique attirent de plus en plus aussi parce que ce sont d’une part les métiers d’aujourd’hui et de demain, et d’autre parts ce sont des métiers flexibles, parce qu’on peut travailler aussi bien en présentiel dans une structure qu’en téléprésentiel. Et ça ouvre de nombreuses possibilités parce que les formations qu’on propose permettent d’acquérir de solides bases et d’évoluer sur des spécialités, dans des domaines plus pointus aussi.

Des personnes intègrent-elles la formation pour une créer leur entreprise ?

Oui cela arrive aussi. Il y a de tout au niveau des projets professionnels. C’est aussi une question que l’on pose au départ lors de l’entretien de motivation. Tout en sachant que le projet professionnel est aussi amené à évoluer et se préciser pendant la formation. Les apprenants avancent dans leur réflexion au fur et à mesure qu’ils acquièrent de nouvelles compétences.

Des reconversions et parcours très inspirants

Je profite de cette rencontre aussi pour présenter des parcours dont on est assez fier. Je pense par exemple a deux femmes. L’une d’elles était serveuse avant, et l’autre travaillait dans le milieu artistique. De ce fait elles ne s’y connaissait pas encore en création de sites web mais elles avaient des appétences, elles étaient très motivées, très passionnées. Après avoir chacune réussi les tests, elles ont intégré notre formation Développeur web et web mobile, avec ensuite l’obtention de leur titre professionnel. Puis, elles ont poursuivi par la formation de Concepteur Développeur d’Applications en alternance, via un contrat de professionnalisation. Cela s’est suivi pour chacune d’elles par l’embauche en CDI dans l’entreprise. Aujourd’hui elles sont toutes les deux responsables informatiques et elles ont à leur tour recruté des alternants chez La Manu. La boucle est bouclée !

Quelle mobilité pour travailler dans le numérique ?

Dans les autres idées reçues, on a l’impression qu’il faut être dans une grande ville pour travailler dans le numérique. Est-ce vraiment le cas ?

Non, ce n’est pas le cas. À Noyon et aux alentours il y a de la demande aussi. On le voit aussi avec les annonces sur le web. Il ne faut pas hésiter à faire les recherches avec les mots-clés adaptés, pour trouver ce genre de jobs. Encore une fois tout secteur d’activité est concerné par les métiers du développement, webdesign, conception d’applications. Toute entreprise en a besoin, et des entreprises il y en partout, pas que dans les grandes agglomérations.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter le campus de votre choix sur notre page Contact. Vous pouvez aussi participer à une réunion d’information organisée par La Manu. Vous pouvez retrouver toutes les formations que nous proposons pour chacun des campus sur notre site https://lamanu.fr